Les 2x 4 heures de Nogaro
21 et 22 octobre 2016

Quel final !

Le circuit de Nogaro, dans le Gers (en plein de dedans, là où le canard s'abreuve aux fûts d'Armagnac, là où le magret s'ébroue dans le Floc), est le théâtre magique de cette dernière course de la saison de Fun Racing Cars.

Beaucoup de Fun, un peu de Racing et beaucoup de Cars.
Ce mélange exceptionnel convient parfaitement à ce cadre enchanteur.

30 Mitjet et 55 Fun Cup pour clore respectivement cette 4ème saison de Mitjet endurance et cette 15ème saison de Fun Cup.

Cet écrin de verdure, où coule le Jet (petite rivière, fleuve pour certains, affluent de l'Adour), n'est que calme et beauté, pas trop de luxe, mais énormément de volupté ce qui répond largement aux besoins de nos pilotes circonspects.

Pour une aparté, vous n'imaginez pas la joie dont nous sommes remplis depuis que nous savons que bon nombre de personnes ont enfin découvert qui était Elie Wiesel (ou presque). Enfin un compte-rendu qui aura servi à quelque-chose ! Le vendredi matin, le soleil se lève ! Et c'est beau ! Surtout pour les anglais qui étaient persuadés que le sun n'était qu'un journal... c'est un astre avant tout (corps céleste naturel, comme le Polo !) !

Les Mitjets rutilantes s'élancent en ordre pour des essais.

Comme à l'accoutumé certains essayent mieux que d'autres. Les performances, bien qu'inégales, n'ont d'égales que le plaisir manifeste des pilotes sur ce beau tracé. La présence au volant d'un François G. pèse lourdement dans la balance. Dans tous les sens. La 999 de TFE est dans le bon sens, devant la 97 d'Orhès Stephya France Toner et la 48 de MT-Racing. Les dix premières voitures se tiennent dans six dixièmes de seconde. Les spectateurs venus en nombre pour l'occasion sont stupéfaits et ravis d'avoir fait le déplacement.

Et oui, onze est un nombre ! Nous noterons la superbe prestation de notre Yves B. qui malgré un retour ramollissant mais reposant de chez Maurice, s'est bien amusé. Il est le digne descendant du baron Pierre de C. En 2017 nous nommerons un certain nombre de barons, garant du bon esprit de ces week-ends. Tous ne sont pas éligibles à ce poste très prisé. Sans en faire un tabac. Edouard D. en sera ! Jérôme D.C. n'en sera pas même s'il en est.

Du coup la grille de départ est celle que vous trouvez sur le résultats des essais qualificatifs. Un truc de fou. A 11h47, quelqu'un aurait vu Ronald B. sourire largement. Nous recherchons activement cette personne pour qu'elle en témoigne. Elle est introuvable depuis...

Suite à un rapide mais efficace briefing les pilotes s'élancent avec la vitesse dont ils ont coutume en ces circonstances. La grille se dessine. Observons un instant de répit qui nous permet de supporter l'intensité de l'action.

Le suspense est pesant.
Et il n'est pas le seul soyons honnête.

Un bon camarade doté d'un certain talent certain, nous a proposé de réaliser des miniatures au 1/12e, soit environ 2/24e, soit autour de 40 cm, ce qui est déjà beaucoup pour un seul homme ! Miniature de votre Mitjet ou/et de votre Fun Cup, à vos couleurs. Un beau cadeau à se faire, vous qui comme moi méritez bien des cadeaux et qui n'en avez pas assez, commencez par vous en faire vous serez comme moi moins déçu.
Appelez le grand par la taille si vous en voulez...

 

La troupe en ordre s'élance à l'instant derrière le leading car. Vroum. Ils font un tour sagement, puis sont lâchés pour le départ... très sage !
Du velours ! La belle ambiance !
Et du coup c'est parti pour une première course de 4 heures.

Ronald B. ne sourit pas.

Devant le rythme est élevé. Le souffle est court.
Certains pilotes aussi.
La 77 de SKR Tétris termine loin derrière. C'est normal ! Avec une course terminant à 18h, petites bières derrière, puis retour à l'hôtel, une douche, gros lavage, petit apéro, petit apéro, et un petit apéro... et bien vous n'êtes pas à l'heure chez Guérard ! C'est pas possible ! Ce qui explique les choix qui ont été faits. Les priorités existent et il convient de les respecter comme il se doit. Pour François G. si il a des tours de retard sur la tête c'est juste qu'il ne roule pas assez vite. De même pour ceux qui se demandent pourquoi la 357 de JYF est remonté au classement, c'est parce que Jean Yves P. a simulé une fracture ouverte avec déplacement du troisième métacarpe droit. Rassurez vous le bras gauche fonctionnant parfaitement il n'a pas succombé de déshydratation.

Le podium de cette première course, pour ceux qui ne lisent que le compte rendu, la 92 de BM Nonante-deux, la 46 de Modena Motors, et la 13 de SKR Julien & Juliette. La démonstration qu'en forçant un peu, Julien L. et Romano R. peuvent tenir plus longtemps que 20 minutes en piste (selon leurs dires). Il faut une assistance respiratoire mais ça marche.

COURSE 1

Podium Nogaro 2016PODIUM GÉNÉRAL
MITJET 2L ENDURANCE
COURSE 1

1er - 92 - BM 92
2e - 46 - MODENA MOTORS
3e - 13 - SKR JULIETTE

Podium Nogaro 2016PODIUM MÉDIAIRE
MITJET 2L ENDURANCE
COURSE 1

12e - 100 - TÉ
13e - 48 - MT RACING
14e - 666 - TRAJECTOIRE 666

 

Cyril S. aurait dû quant à lui être sur le podium, si l'abbé ne broutait pas la pelouse et si le gnou non plus d'ailleurs : c'est bien tondu à Nogaro ! Frein incontestable à l'expression d'un talent pur ! Le Cyril S. est comme un diamant brut à l'envers selon Edouard D., et il s'y connait. Il ne reste plus qu'à le tailler !

On range les voitures.

Enfin, les mécaniciens rangent les voitures abandonnées négligemment par des pilotes peu attentionnés sur une pit lane quasi déserte en une fraction de seconde. En revanche la fréquentation est devenue énorme autour du bec de bière. Mise en jambe parfaite avant d'attaquer une soirée terroir bien méritée. Les Team Défi et SKR accueillent l'ensemble du paddock, chacun vient avec ses spécialités solides ou liquides, et paf le chien ! Quel Melting pot ! Les bons pilotes parlent aux mauvais. Les grands parlent aux petits. Les brillants conversent avec les sombres. Les gros échangent avec les maigres. On rit, on mange, on boit, on s'amuse. What else dude !

Ronald a presque souri.

De nombreuses attentions autour du canard local. Saviez vous qu'en -2500 avant Jean Claude, les égyptiens utilisaient déjà le gavage sur des oiseaux pour les engraisser. Cette pratique est aujourd'hui controversée (pas par nous... c'est trop bon !) et certains ont monté des collectifs contre Eugénie P.

C'est dans la Rome antique que le foie gras proprement dit a été signalé pour la première fois. Au ive siècle, le De re coquinaria d'Apicius donne sa première recette. Les anciens ne conservèrent que le terme ficatum ou figue pour sa dénomination, ce qui donna la forme figido au viiie siècle, puis fedie, feie au xiie et finalement « foie ».

La tradition du foie gras s'est perpétuée après la chute de l'Empire romain en Europe centrale, dans les communautés juives. Les Juifs utilisaient fréquemment la graisse d'oie pour la cuisson, car le beurre avec la viande et le saindoux leur étaient interdits. De plus, les huiles d'olive et de sésame étaient difficiles à obtenir en Europe centrale et de l'ouest. Les juifs répandirent l'élevage des oies, de l'Alsace jusqu'à l'Oural, et apprirent à en maîtriser le gavage, surtout dans les régions où l'on cultive le maïs (qui fut introduit au xviie siècle) et après le développement de l'appertisation : l'Alsace (l'invention du pâté de foie gras à Strasbourg vers 1780 par Jean-Pierre Clause, cuisinier du maréchal de Contades, est peut-être une légende, mais la recette date de cette époque) et la Hongrie3. Il est mentionné dans un livre de cuisine de Francfort en 15814.

Une fois que le canard et autres nageaient paisiblement dans le vin blanc ou rouge, l'instinct naturel poussa les meilleurs d'entre les pilotes (d'où la théorie de la relativité) vers un lieu insolite : instinct naturel de survie, qui dès qu'il sent que les ressources naturelles liquides viennent à manquer, se met en marche, prenant le relais sur une raison vacillante et pourtant forte à la fois, et dirige invariablement les malheureux vers cet oasis que sont les Cordeliers. Oui, véritable oasis dans ce Gers en voie de désertification intense des gosiers, cet établissement au volume sonore décalé permet d'assouvir ces instincts les plus vitaux. Nous proposerons au prochain conseil des ministres le remboursement intégral de ces prescriptions cordelierènes par la Sécurité Sociale.

Et le lendemain matin le soleil se lève !

Et c'est beau ! Mais ça pique les yeux... notamment quand :
On regardait passer les oies sauvaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaages !!!...

La mise en grille se fait, le départ est donné, les tours s'enchainent, et le drapeau à damier tombe tout juste sur le vainqueur que la lumière se fait à peine entre les paupières lourdes de votre serviteur.

Le ragondin mort pourrit lentement au fond de la gorge, et quelques toussotements en font remonter des glaires nauséabonds. Hauts le cœur. Remontées acides. Serrer les dents... Les cheveux désordonnées poussent vers l'intérieur du crâne de façon stupide provoquant une hypertension intracrânienne. Du coup la courbe pression-volume présente une allure exponentielle avec une phase de décompensation se traduisant par une augmentation rapide de la pression intracrânienne survenant pour une augmentation minime du volume. En pleine force de l'âge...

C'est moche !

Du coup nous n'avons pas pu voir que la roue pète sur la 13 de SKR Juliette, mais de toute façon nous n'aurions pas eu assez d'oxygène pour eux. La BM 92 ne freine plus, à cause de Julien M. qui a mal à l'épaule et du coup freine trop, et du coup ça freine plus. Ronald sourit un peu, mais juste parce que Julien a mal...

Yves B. devait gagner la course mais les autres ne l'ont pas laissé faire.

Cyril S. rentre dans les dix premiers. No comment ! Il est heureux. Delphine S. aussi sauf qu'elle va devoir se fader les exploits du jeune shetland durant des heures. Tel est le prix à payer Delphine, et pourtant ta mère t'avait assez prévenu...

La famille Philippe D. et Charles D. sont heureux et ça fait plaisir à voir ! Un bel esprit en famille !

La 28 de Yokohama Norev, joli couple là aussi, termine 14ème en ayant consommé que 27 litres d'essence en 4h, et sans abimer les pneus. Un record !

Le podium final pour la 46 de Modena Motors, la 164 du Groupe Delorme et la 42 de MT Racing.

Petite pensée sur la 42, pour le petit Grégory S. victime la veille d'un retour de volant qui a cédé (comme son poignet), malheureux, sa place à Christophe T. Fracture de la main ! Et dire que certains lui ont reproché de ne pas rouler... Il exagère Greg ! On lui avait connu des retours d'alcool, plutôt bien gérés, mais il est moins bon sur le volant. Bon rétablissement !

COURSE 2

Podium Nogaro 2016PODIUM GÉNÉRAL
MITJET 2L ENDURANCE
COURSE 2

1er - 46 - MODENA MOTORS
2e - 164 - GROUPE DELORME
3e - 42 - MT RACING

Podium Nogaro 2016PODIUM MÉDIAIRE
MITJET 2L ENDURANCE
COURSE 2

12e - 99 - VIKING RACING
13e - 100 - TÉ
14e - 28 - YOKOHAMA-NOREV

 

Une bien belle course ma foi, qui conclut une superbe saison avec du monde, des beaux circuits, peu de casse que même JP trouve qu'on a moins vendu de pièces alors qu'il y avait plus de voitures. Voitures plus fiables et moins d'accidents ! Du bonheur !

S'imposent sur cette saison 2017 la 999 de TFE devant la 46 de Modena Motors, et la 89 de AGS EVENTS pour la joie de ce team familial à la convivialité unique sous la houlette d'un Nicolas G. au physique approximatif mais à la sincérité vraie. C'est le cas dans beaucoup d'autres teams, mais ici nous souhaitions le souligner particulièrement pour ce team (c'est son tour) qui œuvre largement (lui aussi) pour la Mitjet.

 

PODIUMS SAISON 2016

Podium Nogaro 2016

1e : 999 - TFE
2e : 46 - MODENA MOTORS
3e : 89 - AGS EVENTS
 

 

Et alors que Ronald était sur le point d'avoir les commissures qui se levaient de chaque côté des lèvres supérieures... les Fun cup prennent leur envol sur une piste encore chaude comme la camarade du Grand Jacques : Au suivant !

4h30 d'essais en tous genres, en toutes figures libres ou imposées sur la piste ou en dehors. Certains auraient presque besoin de la piste de l'aérodrome pour s'arrêter, mais sinon tout va bien.

Les performances sont multiples et méritent d'être soulignées.

Malheureusement nous n'avons plus de surligneur. Nous pourront simplement vous dire que la 219 de TFE prend la pole position pour rien, rapport toujours au tirage au sort, devant la 288 de Orhès Stephya SAMBMSAMSSBMSAMMMASSB et la 284 de TCR by AC and DC. Olivier P. assure comme une bête et classe la 60 de Cofigex... 32ème !!! Complètement garé, incompréhensible de voir une aussi piètre démonstration, loin loin loin derrière la 193 de Tetris, sorte d'humiliation qui se serait réglée au pré aux Clercs en d'autres temps. Mais où est passé le Olivier P. que l'on connait ?

Le Régis que l'on connait, est resté à la hauteur lui, avec des huitres à tomber. Les habitués sont habitués et se sont jetés dessus comme la vérole sur le bas-clergé. Un bon camarade doté d'un certain talent certain, nous a proposé de réaliser des miniatures au 1/12e, soit environ 2/24e, soit autour de 40 cm, ce qui est déjà beaucoup pour un seul homme ! Miniature de votre Mitjet ou/et de votre Fun Cup, à vos couleurs. Un beau cadeau à se faire, vous qui comme moi méritez bien des cadeaux et qui n'en avez pas assez, commencez par vous en faire vous serez comme moi moins déçu. Appelez le grand par la taille si vous en voulez...

Le soir venu, nous nous retrouvons, seulement les meilleurs pour désigner, lors d'une soirée bon enfant, le gouvernement officiel de la République démocratique de droit divin de la Fun Cup. Sorte de dictature démocratique, dont le fonctionnement est adulé et vénéré par notre Franck E.

La composition de ce gouvernement est arbitraire et parfois uniquement fondé sur l'incompétence des élus, respectant ainsi la tradition politique, et nous ne pensons pas en disant cela à Kiki en tant que secrétaire d'état au budget... Quelques clins d'oeil bon enfant, qui on fait sourire les convives. C'est dommage que Ronald ne soit pas venu... Suite à cela, les instincts naturels de certains se sont à nouveau réveillés. C'est normal quand les doryphores commencent à se multiplier c'est signe de sècheresse. Et comme disait la mémé de Vincent R., à sec... il faut pas rester ! Zoup aux Cordeliers, sauf pour les lâches !

Retrouvez le Gouvernement de la Fun Cup en détail !

Le lendemain matin le soleil peine à se lever. Et nous aussi.

Les 55 voitures envahissent la piste. Nous sommes déjà jeudi soir et il est 18h47. Tout le monde râle, à juste titre, car tout est bloqué par l'absence de ces lignes, exceptionnelles au demeurant. Rien que le temps d'écrire ces inepties et il est 18h49.

C'est vraiment avec plaisir que nous aurions pu vous parler des performances, et durant des heures, de notre Polo international au volant de la 219 de TFE, des performances des Spebi mais nous n'avons pas assez de touches sur le clavier ni assez de mémoire dans cet ordinateur dernière génération, des contre-performances diverses et avariées de notre Gérald R., des contre-performances de Didier R. soulevées par Sylvie R. sur lesquelles nous jèterons un voile pudique.

Il aurait été joyeux de s'ébrouer dans des mots divins et délicieux... mais on a plus le temps !!!

La 219 de TFE s'impose sur cette course de 8h non stop, devant la 261 de DEFI BatiConfortablehéchaise et la 199 du Groupe Lemoine.

57 secondes séparent les 5 premiers... en gros c'était chaud patate comme disait Jean D'Ormesson. A moins que ce ne soit Marguerite Duras...

Pour l'ensemble de cette saison nous couronnons la 261 de DEFI BATICONFORT devant la 219 de TFE et la 275 de ZOSH GROUPE DIROB.

 

Podium Nogaro 2016PODIUM
FUN CUP
GÉNÉRAL

1 - 219 - TFE
2 - 261 - DEFI-BATICONFORT
3 - 199 - GROUPE LEMOINE

Podium Nogaro 2016PODIUM
FUN CUP
CORPORATE

1 - 161 - ORHÈS-DALAVALLE LE RETOUR
2 - 162 - SECOBAT
3 - 159 - ORHÈS-ALKMAION

Podium Nogaro 2016PODIUM
FUN CUP
MEDIAIRE

23e - 71 - ZOSH S-TEAM
24e - 42 - LES OPALINES
25e - SKR TETRIS

Podium Nogaro 2016PODIUM
FUN CUP
LUCKY

49e - 118 - POLE POSITION 81-L'ÉQUIPE
46e - 218 - EURODATACAR
41e - 163 - DEFI 163

 

PODIUMS SAISON 2015

Podium Nogaro 2016
CLASSEMENT GÉNÉRAL

1e - 261 - BATICONFORT
2e - 219 - TFE
3e - 275 - ZOSH-GROUPE DIROB

Podium Nogaro 2016
CLASSEMENT CORPORATE

1e - 911 - SPI
2e - 162 - SECOBAT
3e - 201 - ORHÈS-C2C
 

 

Ainsi s'achève la quinzième saison de Fun Cup France.
Ce n'est pas sans un pincement de cœur pour ne pas dire ailleurs que nous tournons cette page.

De belles lignes furent écrites, certaines superbes et hautes en couleurs, d'autres plus douloureuses et nous avons bien sûr plus qu'une pensée et bien d'autres pour notre ami Lars qui se remet bien de ses pérégrinations en Vars...

C'est avec beaucoup d'émotions à peine contenue que nous nous permettons de penser à ces quinze années de joie et de bonheur, car il ne reste que cela, de penser à nos amis qui étaient là et qui ne sont plus, aux artisans de ce succès automobile qu'est la Fun Cup et dont les mérites leurs reviennent largement...

Tous ces pilotes, leur fidélité d'hier et d'aujourd'hui, ces monuments que sont les frères Giltaire (papy est fier de vous) funcupiens avant nous tous, les mécaniciens (dont Christophe S. est l'emblème), bénévoles dévoués (dont Laurent F. est le dieu vivant), épouses superbes et délaissées par ces pilotes ingrats (et nous pensons ici et dans le désordre à Madame Nicolas G., Madame Cyril S., Madame Franck E., davantage encore à Madame Jérôme D.C., Madame Olivier P., aux 257 femmes de Polo (heureusement beaucoup étaient stériles) et bien d'autres encore dont madame Vincent R... et qui nous détestent largement alors que l'ensemble de leurs maux viennent de leur mari contrairement à ce qu'ils avancent ou reculent).

Merci à toutes et à tous pour ces moments, et une seule chose nous tiendra en éveil et en haleine (même mauvaise) durant tout cet hiver : le plaisir de recommencer au plus vite avec vous tous, bardés de vos qualités et malgré vos...

 

MERCI.